Amérique latine

Moyenne EF EPI : 50,34 Population: 648 120 957 RNB par habitant : $9,043.44

Les investissements apportent des résultats

Après des années de stagnation, des plans pour améliorer les compétences en anglais se développent davantage en Amérique Latine.

12 des 19 pays d’Amérique latine inclus dans l’EF EPI de cette année ont amélioré leur maîtrise de l’anglais par rapport à l’année précédente et cinq d’entre eux affichent une nette amélioration, une tendance plus positive que dans toutes les autres régions. Même si la moyenne régionale pondérée par la population n’a augmenté que de peu à cause de la pression tirant vers le bas du Brésil et du Mexique, la tendance générale est encourageante.

Lorsque les investissements portent leurs fruits

Pendant les deux dernières décennies, les pays d’Amérique latine ont réalisé de grands progrès pour s’assurer que tous les enfants aient accès à l’enseignement. À présent, l’attention s’est portée sur les compétences en anglais. Les milieux d'affaires de l’Amérique latine expriment de plus en plus vivement leur demande d’un plus grand nombre de locuteurs anglophones et en réponse, une majorité des pays de la région ont déployé des réformes éducatives pour enseigner l’anglais mieux et à plus grande échelle. Il est encore trop tôt pour juger ces réformes en se basant seulement sur les niveaux de maîtrise des adultes, mais les tests nationaux ont montré des résultats prometteurs parmi les étudiants. Les modèles à succès offriront une feuille de route pour les pays ayant des programmes moins probants dans la région.

Pour la deuxième année consécutive, les compétences en anglais du Costa Rica se sont améliorées. L’anglais est une matière obligatoire là-bas depuis des décennies, mais contrairement à de nombreux pays de la région, le Costa Rica a investi massivement dans la formation et le recrutement. Aujourd’hui l’anglais est enseigné dans toutes les écoles secondaires et dans 87 % des écoles primaires et presque tous les enseignants d’anglais détiennent un diplôme universitaire. Des tests menés en 2015 ont montré que les enseignants d’anglais costaricains possèdent le niveau de maîtrise de l’anglais le plus élevé de la région.

En 2015, l'Uruguay a lancé un plan ambitieux pour augmenter la maîtrise de l'anglais, investissant dans la technologie pour permettre un enseignement de l'anglais à distance dans les écoles n'ayant pas d'enseignants d'anglais qualifiés sur place. Toutes les écoles publiques urbaines ont désormais des leçons d'anglais dispensées en local ou à distance et l'offre de cours en ligne a été étendue aux enseignants pour les encourager à améliorer leurs compétences. Les résultats jusqu'à présent sont positifs, avec 80% des étudiants à la fin de l'école primaire ayant atteint le niveau A2 ou plus lors des tests, par rapport à 56 % en 2014.

Même s’il est l’un des pays les plus pauvres en Amérique latine, la Bolivie a réduit de moitié le taux d’extrême pauvreté au cours de la dernière décennie et a amélioré de façon spectaculaire l’accès aux écoles dans les zones rurales. Les taux d’alphabétisation ont augmenté en conséquence et nos données montrent que les compétences en anglais sont également à la hausse avec une augmentation de 2,77 points depuis l’année dernière.

#30 sur 100 pays/régions testées Costa Rica

Compétences : Moyenne
Score EF EPI: 57,38

#39 sur 100 pays/régions testées Uruguay

Compétences : Moyenne
Score EF EPI: 54,08

#51 sur 100 pays/régions testées Bolivie

Compétences : Faible
Score EF EPI: 51,64

Accès inégal

L’Amérique latine est une région rongée par la violence, incluant 42 des 50 villes les plus meurtrières au monde, d’après les données des taux d’homicide. Quinze de ces villes se trouvent au Mexique et 14 autres se trouvent au Brésil. Ces deux grands pays ont aussi connu un recul de leurs scores de maîtrise de l’anglais depuis 2017, et même s’il n’existe aucun lien direct entre ce résultat et les niveaux de violence, les deux sont des indicateurs de la fragilité des services étatiques.

Le Salvador, le Nicaragua et le Honduras, tristement célèbres pour leurs niveaux élevés de violence, ont réalisé d’énormes progrès en matière de sécurité et de maintien de l’ordre. Les taux d’homicide au Salvador ont diminué de moitié depuis 2015 et le Honduras a connu la même baisse depuis 2011. Les trois pays ont montré des améliorations considérables de leur maîtrise de l’anglais depuis l’année dernière. Ces pays ne sont pas encore sûrs et encore une fois, il n’y a pas de relation de cause à effet entre les niveaux de violence et les compétences en anglais, mais il est évident que la société prospère lorsque les gens peuvent travailler librement et étudier sans peur.

Accès inégal

Malgré des lois qui font de l'anglais une matière obligatoire dans la plupart des pays d'Amérique latine, l'accès aux cours d'anglais reste inégal. Dans certaines régions du Mexique, moins de 10 % des écoles offrent des leçons d'anglais malgré qu'elles sont tenues légalement de le faire. En 2014 en Équateur, ce chiffre était inférieur à 7 %. Les disparités d'accès à l'enseignement de l'anglais sont encore plus marquées entre les zones rurales et urbaines et entre les écoles privées et publiques. Dans certains pays, la demande élevée de l'anglais dans le milieu professionnel et le faible accès à l'enseignement d'anglais dans les écoles ont poussé un grand nombre de professionnels à investir dans des leçons d'anglais. Une étude menée au Brésil en 2015 a révélé que 87 % des adultes interrogés ont payé pour des cours d'anglais depuis la fin de leurs études.

Écart entre les sexes

Les hommes ont réalisé pour la première fois de meilleurs scores que les femmes en Amérique latine, mais comme dans la plupart des autres régions, l’écart des scores entre les sexes est réduit. Les scores des hommes dépassent ceux des femmes dans bien plus que la moitié des pays, avec un écart de plus de deux points au Mexique et au Panama. La situation s’inverse dans quelques pays, mais l’écart entre les sexes est réduit.

Fossé des générations

Les adultes plus âgés d’Amérique latine ont amélioré leur maîtrise de l’anglais, tandis que les adultes plus jeunes ont stagné. Contrairement aux tendances démographiques observées dans les autres régions du monde, les adultes de plus de 40 ans en Amérique latine parlent anglais en moyenne aussi bien que les jeunes diplômés. Cependant, l’Amérique latine possède un éventail de scores plus réduit entre les tranches d’âge, d'à peine deux points. Vu le manque de financement gouvernemental de l’enseignement pour adultes dans la région, les améliorations chez les adultes plus âgés sont probablement le fruit des programmes de formation en entreprise, des investissements personnels et d’une plus grande exposition aux médias en anglais.

  • Moyenne

Autres régions

Europe

Les compétences en anglais continuent à accuser du retard dans le pays en périphérie du continent européen.

Voir le profil

Asie

Même les pays les plus riches d’Asie accusent un retard par rapport à l’Europe en matière de financement de l’enseignement des adultes en dehors du lieu de travail.

Voir le profil

Afrique

Une meilleure maîtrise de l’anglais aiderait les investisseurs étrangers et leurs partenaires africains à proposer des contrats plus transparents et une coopération plus souple.

Voir le profil

Moyen-Orient

Dans certains pays, le problème semble provenir d’un accès inégal aux ressources d’enseignement de l’anglais.

Voir le profil